Catégorie : Emissions radiophoniques

« Proches », une histoire du toucher

France Culture : Émission Le Cours de l’histoire par Xavier Mauduit

51mn

https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/proches-une-histoire-du-toucher

« Ce qu’il y a de plus profond en l’homme, c’est la peau », écrit Paul Valéry et pour cause : être touché est nécessaire à notre bon développement et toucher est essentiel à notre survie. Entre tabou et volupté, rejoignez-nous pour l’exploration tactile d’une histoire sensible et sensuelle.

« Jamais nous n’aurions imaginé connaître une telle situation : la distanciation sociale, un monde dans lequel il est impératif d’éviter les contacts. La bise, la poignée de main, la caresse véhiculent une menace virale : il ne faut pas toucher la barre du métro ; il ne faut pas toucher la poignée du caddie. Toucher, c’est entrer en contact avec quelque chose ou quelqu’un, parfois soi-même. Une histoire du toucher est possible et nous en visons un épisode dramatique. Est-il possible de vivre dans un monde sans se toucher, au moins se frôler, sous peine de toucher le fond ? »  Xavier Mauduit

En cette période de crise sanitaire qui nous éloigne durablement du corps des autres, la Nuit des idées consacre sa 6e édition au thème “Proches”. L’occasion de s’interroger sur notre rapport individuel et collectif à la sensibilité durement affecté par la distance physique. Entre frôlements, caresses, chastes tâtonnements et baisers sacrés, le vaste spectre du toucher enrichit une histoire sensible du corps qui continue de s’écrire.
Peut-on faire une histoire de la caresse ? Comment ont évolué la perception et la place du toucher dans nos sociétés ? Et sommes-nous en train de vivre un basculement dans l’histoire du contact physique ?

Avec Anne Vincent-Buffault, historienne des sensibilités, chercheuse associée au Laboratoire de changement social et politique de l’Université de Paris. Elle est notamment autrice d’une Histoire des larmes : XVIIIe-XIXe siècles (Payot, 2001) et d’une Histoire sensible du toucher (L’Harmattan, 2017).

Et Bénédicte Hamon, conservatrice à la BnF, chargée de collection en sciences religieuses. Elle est l’autrice d’une série d’articles sur le blog Gallica intitulée “Le spiritisme au prisme du toucher”.

Il semblerait que le toucher ait perdu de l’importance à partir de la Renaissance parce que la vue a été prédominante. Suivant les époques il y a des fluctuations avec des retours comme au XVIIIe siècle où l’on s’intéresse aux sens car c’est grâce à eux que nous avons un rapport avec le monde et, on pense que nos idées viennent de nos sens. Au XIXe siècle, la peau est considérée comme un organe très périphérique, tout est basé sur les lobes cérébraux et il y a une hiérarchie des sens qui est très établie avec l’idée que la vue est plus importante. Avec la montée de l’hygiénisme on essaie de séparer ce qui est de l’ordre du pur et de l’impur, ce qui est contaminant et ce qui ne l’est pas. Anne Vincent-Buffault

Au XIXe, les médecins touchent, tâtent, il y a cette idée qu’il faut expérimenter, mesurer, on a un rapport au corps un peu différent car avant on avait des examens plutôt visuels. Dans ces textes, les médiums sont touchés, parfois ils sont même ligotés pour éviter qu’il y ait des supercheries, qu’ils s’échappent, qu’ils se déguisent en fantôme. Il y a tout plein de protocoles quasiment scientifiques. Bénédicte Hamon

Sons diffusés :

  • Archive – 2014 – France culture – Extrait de l’émission Les Regardeurs – La tapisserie de La Dame à la licorne.
  • Archive – 11/02/1948 – Extrait de l’émission Heure de culture française – Séminaire du philosophe Étienne Souriau.
  • Archive – 24/03/1962 – La Gazette des français – Le médecin du roi (1650), comment emmailloter les enfants.
  • Archive – 30/01/1956 – Extrait du séminaire d’André Maurois, L’Homme et la machine.
  • Archive – JT de 20H – La tombe d’Allan Kardec au cimetière du Père-Lachaise.
  • Extrait du film Fantômas réalisé par André Hunebelle (1964).
  • Extrait du film Le Bossu réalisé par André Hunebelle avec Jean Marais (1959).
  • Oldelaf – Les mains froides.

Le futur du toucher et du langage corporel

Avec les mesures de distanciation nécessaires en période d’épidémie de Covid19, il est fort possible que nous assistions à la disparition de la bise. Comment évoluent nos contacts corporels en temps de confinement ?

Nous en parlons avec Bernard Andrieu, philosophe du corps.
Avec la distanciation sociale et le fait de ne plus avoir de rencontres physiques les uns avec les autres, le confinement transforme toute la relation que nous avons à ce que Bernard Andrieu appelle notre corps vivant, et au corps de l’autre. Plus de serrage de mains, ni de bises…Ces mesures d’hygiénisme social nous ont fait basculer notre époque dans l’haptophobie. Quelles conséquences à long terme ?

Bernard Andrieu Philosophe du corps

Mathieu Vidard Producteur

Mercredi 29 avril 2020 par Mathieu Vidard « Le virus au carré «

15mn

Choisir le bon massage

Le massage réduit le stress, les tensions musculaires et aide à lutter contre les maladies. Le massage peut être médical, thérapeutique ou destiné au bien-être. Massage détox, relaxant, drainant ou énergisant, comment choisir le bon? Quelles qualifications ont les praticiens selon qu’ils pratiquent en cabinet, en institut ou au SPA?

Avec Anna Larcinese, physiothérapeute clinicienne au CHUV à Lausanne, Marie-Christine Zanger ,ex-présidente de la Fédération suisse des masseurs et Laurence Daglia-Baudet, directrice de l’Ecole professionnelle en massothérapie (ESPM) à Gland. Un sujet de Lydia.

Émission « On en parle » de la Radio Télévision Suisse, 20.06.2016 / 20 mn

Le toucher

Numéro 17. Le toucher

France Culture : L’Atelier intérieur par Aurélie Charon 19/12/2011

Oubliez vos 5 sens ils sont si faibles. Si dépassés. Il y a les petites perceptions. Infinies. Qu’on ne remarque même pas. L’image de départ serait celle-là : Julie Nioche, danseuse, chorégraphe, en suspension dans un espace inconnu, pieds et poignets accrochés. Les 200 poulies sont là comme des épines auquel le corps doit résister. Peau, viscères muscles et articulations…elle est là pour éprouver le fait brut d’exister, la pure sensation. Les philosophes ont souvent convoqué la créature volante seule dans un espace vide… c’est comme le moment du réveil mais avant l’éveil…. Où l’on remarque juste qu’on existe, avant de revenir à soi. Ce soir on parle du toucher intérieur, the inner touch comme l’a appelé Daniel Heller-Roazen… le plus puissant des sentiments, celui de se sentir vivant. Disons-en plus grand le feeling, le senti, le sentiment. Parce que vivre une vie n’est pas toujours la connaître. Nous sommes des êtres tactiles, et ce soir, on va chercher l’intouchable.

Le chemin ce soir part des sens évidents, pour aller au toucher intérieur. La sensation est complexe.

Pour la sensation de se sentir vivant, voilà ceux à qui j’ai tout de suite pensé :

Melchior Derouet , comédien, aveugle. On l’a vu l’année dernière dans C’est comme ça et me faites pas chier de Rodrigo Garcia, Festival d’Automne 2010.

Julie Nioche, danseuse, chorégraphe, ostéopathe qui s’est donné l’espace sensible comme espace à protéger. On commence l’émission par un « guidage » des sensations. Soyez prêt.

Daniel Heller-Roazen , professeur de littérature comparée à l’université de Princeton, auteur d’Une archéologie du toucher (Seuil, 2011).

Pour le présent au présent, Grand Magasin en ENVOYE SPECIAL AU MEME ENDROIT. Et pour quelques chansons trop courtes. En envoyé ailleurs de l’atelier intérieur : Bettina Atala depuis les maisons décorées pour Noël à Los Angeles.

Puisque la sensation est liée au temps, et au « maintenant », elle n’est elle-même qu’à ce moment, on est en direct. Amélie Bonnin rend le studio sensible en le dessinant.

59mn

 

Savez-vous pourquoi faire des câlins est si important ?

Explications avec Patrice Goldberg, dans sa chronique sur La Première

Le toucher est un sens surpuissant et méconnu qui passionne les chercheurs du monde entier.
Le toucher n’est pas seulement utile et mécanique… Essentiel à notre épanouissement, il gouverne nos émotions profondes et guide nos relations humaines. Il est fondamental pour le développement de l’enfant et pour les contacts sociaux.
L’haptique, la science du toucher, est récente. Elle s’immisce aujourd’hui dans la technologie de demain, et invente des robots capables du contact humain.

3 min 36 s /

https://www.rtbf.be/auvio/detail_savez-vous-pourquoi-faire-des-calins-est-si-important?id=2394257

L’analgisant toucher

L’être aimé pourrait apporter bien plus que de l’affection ou de l’amour, selon de récents travaux, sa présence, son contact pourrait diminuer la sensation douloureuse.

Christophe Rodo

12 mai 2018 / La Tête Dans Le Cerveau #62

 

6mn15s

http://

 

Main dans la main, nos cerveaux se synchronisent : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/douleur-se-tenir-par-la-main-synchronise-les-cerveaux_121732

Le toucher, un sens très social

Depuis les années 80, de nombreuses expériences mettent en lumière le pouvoir du toucher dans les interactions sociales. Le toucher peut être utilisé pour influer favorablement sur le comportement des élèves, réduire leur agressivité ou capter leur attention. C’est aussi une redoutable tactique commerciale pour nous encourager à acheter davantage car en quelques gestes, même furtifs, il crée un lien de confiance.
Les expériences de psychologie sociale sont édifiantes, et laissent à penser que tout contact pourrait aussi être source d’apaisement, mais aussi outil redoutable de manipulation. Un drôle de monde, encore peu étudié, mais pourrait certainement changer la donne des rapports sociaux.
Jacques Fischer-Lokou est maître de conférences à l’université de Bretagne Sud spécialiste du toucher.

Egosystème, 02.07.2016, 56mn13s

 

Le Toucher dans tous ses ébats

Une émission de Julie Beressi

Ce soir c’est la main qui caresse, les doigts qui effleurent, les lèvres qui baisent, la langue qui lèche, c’est peau contre peau ou peau contre soie, c’est je te touche, tu me touches, elle se touche… c’est le toucher guide de la sensualité et du désir…

Avec la participation de :

Jean-Didier Vincent, neurobiologiste

Serge Tisseron, psychanalyste

 

1h29 / 31 juillet 2011

La Main 1/4 : la main-outil, d’Aristote à Leroi-Gourhan

A l’occasion d’une semaine consacrée à la Main, Adèle Van Reeth reçoit Claudine Cohen et Pierre Pellegrin à propos de la main-outil, d’Aristote à Leroi-Gourhan.

Extraits:

– Les pensionnaires , Antoine Hervé

  • Minor Swing , Django Reinhardt
  • Les mains d’or , Juliette Gréco
  • Le claqueur de doigts , Serge Gainsbourg
  • Le mystère Picasso (1956), Henri Georges Clouzot

Lectures:

  • « Apologie de Raymond Sebond », Les Essais (II, 12), Montaigne
  • Les parties des animaux, § 10, 687 b,Aristote
  • Éloge de la main , Henri Focillon
  • Discours aux chirurgiens , Paul Valéry

Réalisation: Mydia Portis-Guérin

Lecture des textes : Cécile Backès

58mn / 12 septembre 2011

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/la-main-14-la-main-outil-daristote-leroi-gourhan

error: Content is protected !!