La biologie de l’attachement

La théorie de l’attachement est un champ de la psychologie qui traite des relations entre êtres humains. Le psychiatre Boris Cyrulnik donne une approche pluridisciplinaire de cette théorie, qui intègre des données biologiques, affectives, psychologiques, sociales et culturelles.

Comment est née la théorie de l’attachement au XXe siècle et l’état des recherches actuelles.

Boris Cyrulnik, psychiatre et psychanalyste.

Cours enregistré le 01 Mars 2012 dans le cadre de l’enseignement PACES de Sciences Humaines et Sociales à l’Université Claude Bernard Lyon 1 : Intervenant : Boris CYRULNIK — Directeur d’enseignement en éthologie à l’Université de Toulon Présenté par le Pr ; Pierre FOURNERET Réalisation : Pôle vidéo du Service iCAP — Université LYON 1

Durée : 1h23mn27s

Le toucher, outil privilégié de la communication non verbale

Des étudiantes en soins infirmiers de l’Ifsi de Beaune ont souhaité approfondir leurs connaissances sur le toucher dans les soins. Dans le cadre des unités d’enseignement optionnels des semestres 5 et 6, elles ont vécu une expérience enrichissante.

Dans le cadre du rôle propre infirmier, les approches non médicamenteuses, notamment autour du toucher, sont intégrées à la prise en soins. Elles favorisent le confort et le bien-être des patients. Ces soins relationnels permettent de développer la communication non verbale et d’enrichir la relation soignant-soigné. Le toucher peut aussi modifier la représentation du soin et l’appréhension qui en découle.

Après avoir revu les fondamentaux du toucher avec une infirmière de l’équipe mobile de soins palliatifs du centre hospitalier de Beaune (Côte d’Or), nous avons appris à nous réapproprier notre corps. Cela nous a aidées pour entrer en relation avec les résidents du Centre Nicolas-Rollin, un établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) où nous avons mené notre action.

Par la suite, l’équipe de toucher-détente de l’Ehpad nous a accueillies et associées à leurs activités. Réparties en quatre groupes et accompagnées d’une professionnelle, nous avons pu consacrer un temps de bien-être dédié aux résidents. Chacune des séances, individuelles (massage des bras et jambes) ou collectives (massage des mains), nous a permis d’établir un lien direct peau contre peau. Le toucher s’est révélé un outil privilégié de communication non verbale.

Savez-vous pourquoi faire des câlins est si important ?

Explications avec Patrice Goldberg, dans sa chronique sur La Première

Le toucher est un sens surpuissant et méconnu qui passionne les chercheurs du monde entier.
Le toucher n’est pas seulement utile et mécanique… Essentiel à notre épanouissement, il gouverne nos émotions profondes et guide nos relations humaines. Il est fondamental pour le développement de l’enfant et pour les contacts sociaux.
L’haptique, la science du toucher, est récente. Elle s’immisce aujourd’hui dans la technologie de demain, et invente des robots capables du contact humain.

3 min 36 s /

 

https://www.rtbf.be/auvio/detail_savez-vous-pourquoi-faire-des-calins-est-si-important?id=2394257

Quand l’esprit guérit le corps

À chaque blessure légère, une petite coupure par exemple, nous constatons la capacité d’auto-guérison de notre corps. ARTE se pose la question dans ce documentaire : Cette aptitude se manifeste-t-elle dans des cas plus sérieux ? La médecine occidentale actuelle, axée sur la haute technologie et les traitements chimiques, semble faire peu de cas des solutions aussi simples et naturelles qu’un dialogue avec le patient.

52mn / ARTE 2015

 

 

 

Le quatrième trimestre : une transition soutenue par le massage

Nicole Dematteis

ERES | « Spirale »  2018/2 N° 86 | pages 61 à 67 / ISSN 1278-4699

 

Né immature, le petit humain a besoin d’une transition entre l’univers utérin et l’univers terrestre. La « nidation » peut se prolonger d’autant plus facilement que sont proposées des proximités corporelles qui soutiennent ses adaptations.

Proximité

Le bébé, dès la naissance, déploie des stratégies pour obtenir et maintenir la proximité avec l’adulte, le plus souvent sa mère, logiquement proche de lui. Pour répondre aux demandes de leur enfant, la mère et le père ont besoin de sollicitations et de retours de l’enfant gratifiants – sourires, babillages –, mais parfois moins agréables – fuite du regard, agitation, pleurs. Ces appels lancés par le bébé et les réponses apportées par ses parents leur permettent de se coordonner avec lui.

Le bébé a besoin d’un temps de transition qui est facilité par un environnement de contact corporel avec l’adulte : portage dans les bras, bercements, au cours mais aussi au-delà des soins d’hygiène et des interactions nourricières. Le nouveau-né apprécie de retrouver les sensations qu’il a connues dans le ventre maternel : appuis variés sur son corps procurés par les contours permanents, les bases de sa sécurité. Il peut ainsi réactiver cette sécurité, construite principalement sur sa sensorialité. Toute la physiologie maternelle périnatale concourt à préparer la mère à assurer cette continuité.

« La femme atteint un stade dont normalement elle se remet au cours des semaines et des mois qui suivent la naissance du bébé ; stade pendant lequel, dans une large mesure, elle est le bébé et le bébé est elle » (Winnicott, 1953). Dans nos sociétés occidentales modernes, les pratiques du « prendre soin du bébé » sont souvent réprouvées, parfois même par les professionnels de santé, sous prétexte d’éviter les « mauvaises habitudes ». Des conditionnements culturels pesants imposent encore des limites sans en évaluer les conséquences délétères. Les parents qui outrepassent ces diktats se sentent parfois d’autant plus « en faute » que cette « autorité » se targue d’un savoir scientifique. Cette culpabilité génère des émotions difficiles chez des parents en construction, qui déjà tâtonnent pour être les meilleurs parents possibles. Néanmoins, de plus en plus d’entre eux ressentent le besoin de ces pratiques proximales et chaleureuses, perçoivent intuitivement l’évidence de ce type de réponse aux manifestations du bébé.

Le massage à l’épreuve de la science

Alors que le massage est considéré dans de multiples cultures et depuis la nuit des temps, comme une pratique médicale à part entière, chez nous, le rapport au corps est resté tellement longtemps ambigu, voire entaché de culpabilité – puritanisme judéo-chrétien oblige – qu’un acte aussi banal et naturel que se toucher les uns les autres est devenu quasi tabou en dehors des relations affectives privilégiées et des « codes » jugés « socialement acceptables ». Mais depuis un siècle, de nombreuses expériences ont été menées qui démontrent le bien-fondé des pratiques ancestrales du toucher. Ce sont les résultats de ces expériences que je me propose de vous exposer ici. Vous trouverez en fin d’article un lien bibliographique qui vous permettra, si vous le souhaitez, d’approfondir le sujet.

L’analgisant toucher

L’être aimé pourrait apporter bien plus que de l’affection ou de l’amour, selon de récents travaux, sa présence, son contact pourrait diminuer la sensation douloureuse.

Christophe Rodo

12 mai 2018 / La Tête Dans Le Cerveau #62

 

6mn15s

http://

 

Main dans la main, nos cerveaux se synchronisent : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/douleur-se-tenir-par-la-main-synchronise-les-cerveaux_121732

Le toucher, un sens très social

Depuis les années 80, de nombreuses expériences mettent en lumière le pouvoir du toucher dans les interactions sociales. Le toucher peut être utilisé pour influer favorablement sur le comportement des élèves, réduire leur agressivité ou capter leur attention. C’est aussi une redoutable tactique commerciale pour nous encourager à acheter davantage car en quelques gestes, même furtifs, il crée un lien de confiance.
Les expériences de psychologie sociale sont édifiantes, et laissent à penser que tout contact pourrait aussi être source d’apaisement, mais aussi outil redoutable de manipulation. Un drôle de monde, encore peu étudié, mais pourrait certainement changer la donne des rapports sociaux.
Jacques Fischer-Lokou est maître de conférences à l’université de Bretagne Sud spécialiste du toucher.

Egosystème, 02.07.2016, 56mn13s

 

Toucher une personne a des effets presque magiques

Jacques Fischer Lokou étudie depuis 20 ans le toucher, ce sens méconnu. Comment intervient-il dans nos rapports aux autres, peut-on s’en servir pour obtenir ce qu’on veut, notre savant du soir nous dit tout sur l’impact social du toucher. Émission Folie Passagère du 12 mai 2016 / 7mn19s

error: Content is protected !!